FAQ

Logiquement, il est plus rapide de poser six tuiles de grand format que 14 tuiles de petit format. L'expérience pratique a montré que le temps de pose est réduit de 10 à 15 %. Une économie de temps et de matériau est également réalisée dans le lattis (longueur de recouvrement 50,4 cm). Si la panne (solive) a par exemple une longueur de 9 m, c'est 9 rangées de lattage porteur d'économisées - par rapport aux petits formats dont la longueur de recouvrement moyenne est de 34 cm.

Le faible poids surfacique de la tuile « DS 5 » (env. 36 kg/m2) déleste la charpente de près de 10 kg/m2 comparé à une couverture réalisée avec des tuiles de petit format. Le dimensionnement des éléments de charpente peut ainsi être revu à la baisse. Lors de changement de tuiles, les pièces de charpente présentes suffisent, même si elles sont prévues pour supporter de faibles charges.

Un grand format réduit les opérations de découpe au niveau de l'arêtier ou du chéneau car le nombre de tuiles à découper diminue d'un tiers environ. Comme les angles de tuiles à recouvrir sont plus grands qu'avec des tuiles de petit format, l'opération est plus facile à réaliser.

Lors de changement de tuiles ou lorsque le lattis porteur ne correspond pas exactement à la longueur de recouvrement, le coulissement de la tuile Nibra DS 5 (près de 6 cm) supprime la nécessité d'opérations de découpe.

La longueur de recouvrement moyenne est calculée en posant sur le sol deux rangées de 12 tuiles de différentes palettes côte à côte avec la face extrados vers le bas. Pour l'une des rangées, la mesure est effectuée sur les dimensions étirées de la tête de la tuile. Pour l'autre rangée, elle est réalisée sur les dimensions serrées. La mesure est respectivement effectuée depuis le nez d'accrochage de la première tuile jusqu'à celui de la onzième tuile.

Il est en principe interdit d'utiliser des accessoires de plusieurs fabricants différents sur un même toit. Toute utilisation de cette espèce met fin aux droits de responsabilité et de garantie du constructeur.

Une règle empirique veut que plus le fabricant est grand, plus sa gamme, et également ses accessoires, son nuancier de couleurs et le nombre des tuiles de différentes formes qu'il propose sont variés.

Les accessoires Nelskamp sont indiqués dans la présentation du produit respectif.

En fonction des exigences accrues, il faut impérativement faire appel à une sous-toiture étanche à l'eau lorsque la pente du toit est inférieure ou égale de ≥ 10o à la pente règlementaire.

En cas de doute, une mesure supplémentaire supérieure offre une protection complémentaire. Sur les sites exposés à des intempéries extrêmes, il convient d'opter pour la sous-toiture étanche à l'eau plutôt que pour la version protégée contre la pluie. La sous-toiture étanche à l'eau est préférable également dans les régions sujettes à des alternances fréquentes gel-dégel, même si la pente du toit n'est que légèrement inférieure à la pente règlementaire. En effet, dans ce type de climat, la formation de barrières de glace en bas du toit est fréquente. Au dégel, l'eau ne peut pas pénétrer dans la charpente lorsque la sous-toiture est étanche à l'eau, même si elle stagne longtemps à la surface du toit.

L'exécution insuffisante de la sous-toiture au niveau des points de transition et de raccords constitue une source fréquente de problèmes. La sous-toiture doit être raccordée à l'évacuation des eaux pluviales à tous les endroits stratégiques et sans points de stagnation du fait de la conception du toit.

  • Les lés, recouvrements et raccords doivent être étanches à l'eau.
  • Les pénétrations de toiture, parties en élévation et abergements doivent être exécutés de façon à garantir la protection contre la pluie.
  • Pour les toitures ventilées, la sous-toiture protégée contre la pluie ne doit pas s'arrêter plus de 30 millimètres avant le sommet du faîtage.
  • Les ouvertures doivent obligatoirement être recouvertes.
  • Une sous-couverture étanche à l'eau est dépourvue d'ouvertures - et ne convient par conséquent que pour les toitures non ventilées.
  • Comme pour la sous-toiture protégée contre la pluie, les lés, recouvrements et raccords, mais également les pénétrations de toiture, parties en élévation et abergements doivent être exécutés de façon à garantir l'étanchéité à l'eau.
  • Le joint doit être réalisé sur le contre-lattis de façon à ce que sa fixation n'endommage pas l'écran assurant l'étanchéité.
  • Les lés doivent être fixés dans le tiers supérieur du recouvrement en hauteur.
  • Elle doit être raccordée à l'évacuation des eaux pluviales.
  • Pour le larmier, une gouttière suspendue en hauteur est préconisée.

    Oui, mais à la condition de respecter les mesures supplémentaires correspondantes aux tuiles respectives conformément à la notice de pose Nelskamp ou aux règles de l'art généralement en vigueur. Ces mesures peuvent prendre la forme de chapes de sous-toiture, sous-couverture ou sous-toiture. Pour les toits à faible pente, les tuiles Nibra ou les tuiles en béton Finkenberger sont particulièrement préconisées.

    Un revêtement de la tuile en argile délayée (barbotine) contenant ou non des oxydes métalliques colorés. Les engobes sont délayés à l'eau, appliqués sur les tessons de tuiles pas encore cuites, puis passés au four tunnel. Ils possèdent une structure capillaire similaire à celle des tuiles.

    La surface lisse et ultra brillante des engobes nobles est respirante. Des vitrifiants sont mélangés à l'argile et fusionnent avec la tuile à la cuisson, sans toutefois former une couche vitrifiée continue. La surface ouverte à la diffusion favorise le processus de séchage. Les tuiles émaillées sont recouvertes d'une couche vitrifiée continue qui condense la surface.

    La finition « Longlife » des tuiles en béton Nelskamp est très lisse et microporeuse – y compris l'arête visible. Les poussières, aussi fines qu'elles soient, ne peuvent quasiment pas s'y déposer. Tandis que sur d'autres surfaces la pluie perle (hydrophobie), toute la surface « Longlife » est mouillée (hydrophilie) et, en coulant, l'eau peut directement entraîner avec elle les salissures accumulées. Des essais de longue durée sur des bancs d'exposition libre aux intempéries ont prouvé que ces toits sont plus propres et que leur couleur est préservée plus longtemps que les toits recouverts de tuiles en béton conventionnelles: seulement 7 % d'une couche de salissure préalablement appliquée sur un toit adhèrent aux tuiles en béton Longlife – tandis que près de 50 % de salissures sont encore présentes sur d'autres tuiles en béton.

     

     

    ClimaLife – c'est le nom de baptême donné par Nelskamp au revêtement spécial de ses tuiles en béton qui contient du dioxyde de titane. Les polluants véhiculés par l'air sont ainsi transformés en nitrate inoffensif pour la santé. Des rayons ultraviolets suffisent pour transformer les oxydes d'azote (NOX) en nitrates (NO3) par exemple. Pendant toute la durée de vie du toit. Le nitrate est simplement lavé par la pluie et sert par ex. d'engrais pour les plantes. De plus, le revêtement est microporeux (cf. également Longlife) – les algues et les mousses ne peuvent pratiquement pas s'y déposer. Le toit conserve l'aspect du neuf, comme s'il venait tout juste d'être couvert.

     

     

    Nelskamp accorde pour ses tuiles en béton et en terre cuite une garantie de 30 ans pour l'étanchéité et la résistance au gel. Les tuiles sont porteuses du label DINplus qui atteste cette garantie.

     

     

    La commercialisation des produits Nelskamp s'effectue exclusivement par des revendeurs spécialisés dans les matériaux de construction.

     

     

     

    Les tuiles en terre cuite et les tuiles en béton offrent une qualité supérieure identique. Ce sont les préférences d'un maître d'œuvre et les caractéristiques du bâtiment construit qui le feront opter pour un matériau plutôt qu'un autre.

    Les tuiles en terre cuite sont proposées en de nombreuses variations – petites ou grandes, de couleur naturelle, discrète ou recouvertes d'un engobe coloré. Les tuiles en terre cuite sont les matériaux de couverture classiques depuis des siècles. Elles allient tradition et esthétisme intemporel et sont disponibles dans de nombreuses nuances de couleur.

    Les tuiles en béton constituent une alternative économique de haute technologie. Elles restent propres longtemps (Longlife) et contribuent à la protection de l'environnement en neutralisant les polluants contenus dans l'air (ClimaLife). La production des tuiles en béton nécessite beaucoup moins d'énergie.

    Les teintes RAL sont des couleurs normées commercialisées par une entreprise. Chaque nuance est caractérisée par un nombre à quatre chiffres (ainsi les rouges portent par exemple les numéros 3000). L'avantage du système est qu'il permet de se passer des échantillons de couleur car le chiffre correspond exactement à la nuance.

    Pour des raisons de fluctuation dans les matières premières et la production, il est impossible de fabriquer les tuiles en terre cuite et en béton conformément aux normes RAL. C'est la raison pour laquelle seule une définition subjective de la nuance est réalisable.

     

     

    La couleur de couverture du toit varie en fonction de la zone dans laquelle se trouve la construction et est fréquemment prescrite dans les plans d'occupation des sols. Si une autre couleur est envisagée, seule l'administration qui délivre les permis de construire est habilitée à l'autoriser. Nos conseillers spécialisés locaux se tiennent à vos côtés pour vous porter assistance.

     

     

    Contactez-nous par téléphone pour obtenir les références de bâtiments modèles:

    Tél. : +49 28 53/91 30 0

    ou aussi par e-mail:

    Adresse: vertrieb@nelskamp.de

     

     

     

     

    Le nouveau règlement professionnel de « protection contre l'aspiration provoquée par le vent » est entré en vigueur en 2011. Les crochets contre les tempêtes sont prescrits aussi dans des régions pas nécessairement venteuses. Un calcul doit être établi pour tous les toits rénovés ou neufs couverts depuis février 2011. Ce calcul détermine si une fixation par crochets est nécessaire.

     

     

    H 15, F10 Ü ou plutôt MS 5? Les noms des tuiles ont une signification: les lettres indiquent si la tuile est une

    • Tuile à emboîtement creuse (H)
    • Tuile à emboîtement en auge (MS)
    • Tuile plate (F)
    • Tuile lisse (G)
    • Tuile rhénane /rénovation (R) ou une
    • Tuile à double emboîtement en auge (D).

    Les numéros derrière la lettre désignent la quantité de tuiles nécessaires pour couvrir un mètre carré de toiture.

    Les lettres apposées «S» et «Ü» indiquent s'il s'agit de tuiles coulissantes «S» ou de recouvrement «Ü». Toutes deux sont variables lors de la pose et peuvent coulisser jusqu'à 10 centimètres. Cette caractéristique en fait des tuiles très économiques, utilisables même pour les toitures à plusieurs pans structurés.

    Les grilles pare-neige, supports rondins ou crochets de retenue arrêtent la neige sur le toit. Le toit peut être ultérieurement équipé de systèmes pare-neige à n'importe quel moment.

     

     

     

    « Nibra » est le nom de l'usine Nelskamp située à Gross Ammensleben près de Magdebourg, et en même temps synonyme des tuiles grand moule de marque Nelskamp. Elles sont fabriquées à partir d'argile du Westerwald. Cette matière première et des procédés de fabrication dernier cri confèrent aux tuiles grand moule Nibra une résistance au gel et une robustesse particulières ainsi qu'une capacité d'absorption d'eau inférieure à 3 %.

    L'orientation Sud est optimale pour produire de l'électricité et/ou de l'eau chaude car le rayonnement solaire y est le plus intense tout au long de la journée. Une orientation Sud-ouest ou Sud-est procure également de bons rendements. Le versant Nord d'une maison est le seul endroit où il ne faut pas installer de panneaux solaires car les rendements potentiels y sont très faibles. La localisation de la maison est également un facteur important.

     

     

     

    Lorsque le soleil brille, les installations 2Power produisent aussi bien de l'électricité que de l'eau chaude à partir d'un seul module. Pour assurer l'approvisionnement moyen d'un foyer de trois personnes en eau chaude, le bilan énergétique requiert environ huit modules à condition que l'exposition soit bonne. Si l'installation 2Power est également destinée à alimenter le chauffage, davantage de modules sont nécessaires selon la taille de la surface habitable chauffée.

    Pour que le bilan énergétique permette de couvrir aussi les besoins en électricité d'un foyer moyen de trois personnes, env. 16 à 20 modules sont nécessaires au total – selon le site. Sur ce total, huit modules seraient équipés de la fonction 2Power éprouvée et, en fonction de la localisation, huit à douze modules photovoltaïques simples présentant les mêmes caractéristiques esthétiques seraient nécessaires en complément.

    Un toit ombragé fournit moins de courant. Pour cette raison, mieux vaut commencer par analyser les paramètres du toit et rechercher les origines de l'ombre, par ex. de grands arbres qu'il est préférable de couper. Si l'ombre n'est pas produite par un arbre, mais par la maison du voisin, il convient d'envisager un autre endroit pour installer les panneaux solaires. Pour les toits qui ne sont que partiellement ombragés tout au long de la journée, il est possible de minimiser l'effet négatif en optimisant la topologie électrique des panneaux (string).

    Il est impossible de répondre à cette question de façon générale. Les décisions vont dans les deux sens. Des autorisations exceptionnelles sont fréquemment délivrées pour nos systèmes SolarPowerPack (SPP) et MS 5 2Power ou MS 5 PV.

    Les deux systèmes sont identiques en apparence car les modules sont intégrés sur la panne-support de la tuile MS 5. Le principe technique de chaque modèle est toutefois différent: MS 5 PV est une installation photovoltaïque pure, tandis que MS 5 2Power produit à la fois du courant et de la chaleur.